Une étude révèle que les «centres de grossesse d’urgence» sont trompeurs et manipulateurs

Pour diffusion immédiate

NATIONAL – Une nouvelle étude sur les centres de conseils en matière de grossesse non autorisés à travers le Canada révèle qu’ils dissimulent souvent un programme anti-avortement et fournissent des informations médicales erronées à leurs clientes enceintes.

Élaborée conjointement par la Coalition pour le droit à l’avortement au Canada (CDAC) et la BC Humanist Association (BCHA), l’étude a passé en revue les sites Web de près de 150 centres de crise pour femmes enceintes (CPC) à travers le Canada afin d’identifier la présence d’informations trompeuses, et a comparé les résultats à une étude similaire menée en 2016 par la CDAC pour mieux comprendre les changements au fil du temps.

« Nous avons constaté que les sites web de la plupart des CPC au Canada partagent des informations biaisées, trompeuses ou carrément des informations fausses », a déclaré Joyce Arthur, directrice générale de la CDAC. « Même si ces agences se présentent comme des centres de conseil impartiaux, la plupart sont anti-avortement et affiliés à une religion. L’un de leurs principaux objectifs est de dissuader les clients de se faire avorter. Notre rapport souligne le besoin urgent d’une réglementation et d’une surveillance accrues des CPC afin de garantir que les personnes enceintes ne soient pas soumises à une désinformation ou une coercition préjudiciable. »

L’étude note que, depuis 2016, dix pour cent des CPC au Canada ont commencé à proposer des échographies ou d’autres services tels que le dépistage des IST). Cependant, les CPC ne sont pas réglementés et ne sont donc pas obligés d’adhérer à des normes médicales. « L’avortement est le seul service médical au Canada qui dispose d’un système de fausses cliniques médicales destinées à détourner les gens des soins dont ils ont besoin via désinformation, la persuasion idéologique et des services médicaux non autorisés », a déclaré Arthur. « Ce qui est pire, ces agences attirent des clients qui ont tendance à être plus défavorisés ou vulnérables. Il ne s’agit pas seulement de femmes cis, mais aussi de jeunes, d’immigrants et de personnes dont le sexe est différent. »

« La nature partiale des CPC peut causer du tort aux personnes enceintes de nombreuses façons », a déclaré Teale Phelps-Bondaroff, le coordinateur de recherche de la BCHA. « Une visite chez un CPC peut retarder l’accès aux services de santé essentiels tels que les soins prénataux, et pas seulement les soins liés à l’avortement. Certains CPC retiennent ou déforment les informations sur l’avortement ou utilisent des tactiques d’intimidation, comme le fait de prétendre à tort que l’avortement provoque un cancer du sein ou des effets psychologiques négatifs graves. Cela revient à la manipulation émotionnelle des clients ».

« Nous avons remarqué des changements révélateurs dans les données par rapport à l’étude originale de la CDAC de 2016 par rapport aux sites web des CPC », a déclaré Olivia Jensen, directrice générale par intérim de la BCHA. « Les CPC deviennent de plus en plus vagues sur leurs sites web, fournissent moins d’informations et sont plus prudents dans leurs messages. Il est donc plus difficile de déterminer s’ils ont des sentiments religieux ou anti-choix. »

« Nous pensons que les CPC essaient de paraître plus légitimes aux yeux du public et des bailleurs de fonds, qui peuvent inclure le gouvernement, en cachant leur position anti-choix », a déclaré Joyce Arthur. « Puisque 93% des CPC sont des organismes de bienfaisance enregistrés, ils ont probablement peur de perdre leur statut d’organisme de bienfaisance en raison de la promesse du Parti libéral en 2021. »

Malgré l’évolution vers des messages plus vagues et plus prudents, la plupart des sites Web des CPC contiennent encore des informations erronées, souvent en quantité accrue, en particulier sur les risques supposés de l’avortement. Environ 75 % des sites web affirmaient un risque accru d’effets psychologiques négatifs après un avortement, mais en 2016, seuls 48 % des sites présentaient de telles affirmations. En outre, 19 % des sites web mentionnaient des complications physiques de l’avortement en 2022, contre seulement 9 % en 2016.

« Nous sommes alarmés par le fait que certains CPC reçoivent des fonds de sources gouvernementales, malgré leurs pratiques trompeuses et leur manque d’expertise médicale », a déclaré Jensen. « Il est essentiel que les responsables politiques canadiens prennent des mesures pour réglementer ces centres et s’assurer que les gens ont accès à des informations exactes et à un soutien impartial lorsqu’ils prennent des décisions concernant leur santé reproductive. Les femmes et les personnes de sexe différent qui ont des grossesses non planifiées méritent des informations exactes et un soutien compatissant, et non des pratiques trompeuses et de la propagande de la part d’organisations motivées par l’idéologie. »

« Nous recommandons que les CPC soient obligés de divulguer leurs positions anti-choix et religieuses et qu’on leur interdise de fournir des services médicaux non réglementés tels que les échographies », a déclaré M. Phelps-Bondaroff. « De plus, ils ne devraient recevoir aucun financement public, voir leur statut fiscal d’organisme de bienfaisance révoqué et être empêchés d’enseigner l’éducation sexuelle dans les écoles publiques. »

« Les personnes ont le droit d’accéder à des informations précises et de prendre des décisions éclairées sur leur santé reproductive. Les centres de crise de la grossesse au Canada font obstacle à ce droit et doivent être tenus responsables de leurs pratiques trompeuses », a déclaré Mme Jensen.

— 30 —

Lien vers le nouveau rapport 

Lien vers le rapport original de 2016

Sites Web :  Français  •  Anglais •  Mandarin

Media Contacts:

Joyce ArthurExecutive Director / Directrice générale, ARCC-CDAC, Vancouverjoyce@arcc-cdac.ca604-351-0867
Dr. Teale Phelps Bondaroff (il parle français)Research Coordinator / Coordinateur de la recherche, BC Humanist Association (www.bchumanist.ca)tealepb@gmail.com778-678-8325
Olivia JensenActing Executive Director / Directrice générale par interim, BC Humanist Association (www.bchumanist.ca)olivia@bchumanist.ca
Paige MasonPresident / Présidente, ARCC-CDAC, WinnipegPaigemason15@live.com204-492-0840
Sabrina BaldiniBoard member / Directeur du conseil d’administration, ARCC-CDAC, TorontoAftersexed@gmail.com
PhDARCC-CDAC, St. Johns NL / T.-N. Ethicist / Éthicien, Memorial University / Université Memorialchristopher.kaposy@med.mun.ca709-864-3375 (w / bur.)
Tasia AlexopoulosARCC-CDAC, New Brunswick / Nouveau-Brunswicktasia.alexopoulos@gmail.com
Publié dans